chercherlegarcon

chercherlegarcon

HawthoRNe

"La critique est aisée et l'art est difficile" Destouches ( un peu de confiture culture ne nous fera pas de mal!).

 

Je ne suis pas une artiste, alors je vais au plus simple. Parlons d' HawthoRNe dans ce cas!

 

 

Quand on est célib, qu'on vit en IdF mais pas à Paris, il faut bien reconnaître qu'on ne croule pas sous les propositions de sorties. Les soirées à larver devant l'écran, dans un état de délabrement intellectuel et affectif plus ou moins avancé, on connaît. Pour ma part, j'ai renoncé à me procurer une télé depuis quelques années déjà, mais Dieu a créé le replay (pour quand il rate Confessions intimes)...et c'est ainsi que j'ai découvert HawthoRNe.

 

Etant donné que je suis dotée d'une grande générosité et d'un sens aigu du partage, je ne peux que vous faire part de mon expérience pour vous permettre de gagner presque une journée complète sur votre recherche de l'homme. Car en effet, si vous mettez bout à bout les 40 minutes des 10 épisodes des 3 saisons de ce chef- d'oeuvre, vous obtenez 20 heures de mièvrerie truffée d'incohérences et de clichés, et ce sans la moindre surprise sinon celle d'un plagiat grotesque.

 

Pourtant, HawthoRNe, au départ, ca partait pas si mal...sauf si on aspire à un minimum de réalisme: le casting a probablement été confondu avec celui de America's next top model parce que visiblement, les moches sont interdits, et les bons acteurs aussi!

Au menu, dans le rôle principal, Madame Will Smith, j'ai nommé, Jada Pinkett Smith, sans conteste, une vraie beauté à qui on crèverait bien les yeux; dans les seconds rôles, Michael Vartan (non, pas le fils de Sylvie, son neveu), Suleka Mathew, David Julian Hirsh, ou encore Marc Anthony (l'ex de J.Lo).

 

 

 

 

 

Bon alors, par quoi commencer?!

 

 

Déjà, Hawthorne, c'est qui? 

 

C'est l'infirmière en chef (attention, on rigole pas hein), Christina de son prénom, de l'hopital Richmond Trinity. Pour vous la représenter, c'est simple: vous avez tous bossé au moins une fois avec une de ces personnes, souvent des femmes, qui se prennent tellement au sérieux et se sentent si compétentes qu'elles ne supportent pas de déléguer la moindre tâche, en se laissant croire qu'elles sont des sur-femmes, et en sachant surtout, qu'elles pourront accueillir avec un sourire plein de fausse modestie votre "bravo, bon travail" (qui est d'ailleurs presque un tic verbal dans cette merveilleuse série). C'est bon? Vous l'avez? Voilà, Christina Hawthorne, c'est ce personnage.

Alors décrite comme ça, on peut penser que c'est une mégère, mais non non, détrompez- vous, là, c'est une gentille, une super- gentille même, une héroïne carrément! Parce que bien entendu, Christina, en plus d'être une bombasse charismatique, que tous les hopitaux s'arrachent tellement elle est douée dans ce qu'elle fait (tu m'étonnes aussi, elle fait le boulot de 3 infirmières, 2 internes, 5 secrétaires et 1/2 directeur, pour un médiocre salaire de simple infirmière, ils vont être contents les syndicats!), eh bien notre mini tornade (1, 20m au garrot une fois ses très jolis écrases- merdes  escarpins ôtés), c'est aussi une jeune veuve, mère d'une ado qu'elle a eu très tôt (accident de capote, comme quoi, hein, ca arrive aux meilleurs!) et qui lui en fait voir de toutes les couleurs.

 

Euhhhh elle cumule non?! mouhaaaaaahaha vous croyez?! Eh ben si vous voyiez la série, j'vous jure qu'à côté Monsieur Malchance il a le cul bordé de nouilles!

 

 

HawthoRNe ou l'originalité 

 

La formule d'HawthoRNe?eh ben, vous prenez Grey's Anatomy, vous machez bien, vous vomissez, vous réchauffez le tout au mircro- ondes, et tadaaaam! voilà HawthoRNe

Tous les ingrédients y sont:

  • le titre d'abord, qui reprend bien sûr le nom de la protagoniste, mais qui ne vient pas de nulle- part puisque c'est en gros le nom savant de l'effet placebo
  • les beaux- gosses en blouse blanche, logique,
  • les restrictions de budget qui menacent les postes, et les employés qui se serrent les coudes, en rage contre le boss alcoolique,
  • la lesbienne,
  • le "mais-il-est-à-voile-ou-à-vapeur?",
  • le couple protagoniste/ beau docteur,
  • la femme qui a perdu son mari d'un cancer,
  • de la drague dans tous les couloirs,
  • des noirs, des blancs, des jaunes, des marrons clairs, des marrons foncés, des rouges, à croire que la série allait marcher au point d'être exportée!
  • l'infirmière soldat d'Afghanistan,
  • le drame dans l'hopital (Grey's c'était le tueur fou, HawthoRNe l'hopital qui s'effondre après un accident),
  • la petite jeunette qui est très douée, exaspérante de gentillesse, et fait de la lèche veut tout apprendre,
  • l'excellent docteur, chef de chirurgie qui ne veut plus travailler parce qu'il réalise que la vie est ailleurs mais que finalement il revient quand même parce que il est beau son métier,
  • les manquements au règlement pour sauver la vie de leurs patients,
  • l'essai clinique auquel ouhaaa quel hasard de ouf! un proche correspond et qu'on tente de faire participer,
  • etc etc etc etccccccc!

 

HawthoRNe ou la cohérence 

 

Outre les situations, légèrement capillo-tractées et surtout déjà vues, HAwthoRNe c'est un cadeau de Noël avant Noël pour tous les cartésiens (nos mecs...enfin, quand on en a!) qui passent habituellement leur temps à nous faire chier à critiquer regarder les arrières-plans pour voir si tout colle bien et à traquer les moindres failles de la mise en scène! Un vrai régal j'vous dis! Je ne rentre pas dans le détail, mais je ne peux quand même pas résister à vous parler de ma préférée: le shockage par dessus les vêtements dans l'ascenceur! et avec le gel s'il vous plait! Euhm...à moins que ce ne soit le ventre plat, lisse et musclé une journée après l'accouchement?! j'hésite!

 

 

Et pour finir, je vous avais dit que j'y reviendrai:

 

HawthoRNe et l'acharnement (non, pas thérapeutique, du sort)

 

Je vous ai parlé de Madame Pad'bol un peu plus haut, on y revient, donc.

Christina Hawthorne, est comme je vous l'ai dit, veuve et mère d'une ado casse-couilles difficile, qu'elle a eu suite à un accident de capote. Bon déjà, dur pour elle. Mais à côté de la suite, c'est du pipi de chat!

 

Eh oui, parce que la belle Christina, comme on ne s'en doute pas du tout dès le premier épisode, tombe éperduement amoureuse du beau docteur, ami de son défunt mari. Mais comme il faut bien qu'il y ait quelque chose à raconter, eh ben va falloir attendre pour le roulage de pelle (bon par contre, ils ont pensé à tout le monde, les romantiques comme les tarés du cul: une fois la première galoche réglée, paf, tout de suite c'est sur le tapis du salon qu'ils s'y donnent à coeur joie les cochons!). Euhmmm gnnnnnnnniiiiiiiiiiii...j'ai beau réfléchir, je crois qu'en fait, la première saison, ils arrivent quand même à la faire tenir autour de cet unique évènement, prouesse!

 

Revenons à nos moutons, Miss Poissarde. Donc une fois qu'elle a finit par emballer, on nous remet une couche de Disney en nous faisant croire à nous, pauvres coeurs solitaires, que ces messieurs après un premier baiser sont déjà prêts à se marier (alors que dans la vraie vie hein...on sait ce qu'il en est!). Bon d'abord, comme c'est pas une fille facile et qu'elle a une éthique, elle dit non, puis mmmmoui, puis OUIIIIII!

 

Mais entre deux, comme Monsieur Beaugosse se vexe, eh ben Christina, hop elle se fait jeter, et quoi qu'elle voit? Ce soit-disant prince charmant qui batifolle déjà avec une autre...eh bah? On est en 2012 ou quoi?! Bim! Tiens dans tes dents Docteur Love, Christina aussi elle flirtouille avec un autre!Eh mais oui, mais non, parce que quand elle réalise que Docteur Lagachettefacile lui a collé un polichinelle dans le tiroir, tout est bien qui finit bien.

 

... Ou presque, parcequ'alors en effet, ils se marient (on peut d'ailleurs se rendre compte que dans la vie du personnel médical, il n'y a QUE du personnel médical, n'est-ce pas) mais roh lala c'est pas d'chance, juste pendant la cérémonie, les voisins ont un accident, alors tous les invités finissent à l'hopital (parce que à l'hopital quand le personnel prend un congé, il n'est pas remplacé, normal). Ereintée en robe de mariée, Christina décide de rentrer, mais rrrrrroh, elle se fait agresser dans le parking, et évidemment, elle perd le bébé. Eh badidon, sacrée journée hein!

 

Nan naaaaan restez, y'en a encore!

 

On est en droit de penser qu'elle va nous foutre la paix rester tranquille quelques jours, eh baaaah NON! Comme si de rien n'était, elle reprend le lendemain, et elle craque, au point de se faire virer par sa meilleure amie. Ohhhh p'tite bicheeeette! Et j'vous passe le pourquoi du comment qu'on en est arrivés là, mais était-elle équipée d'une culotte chauffante, le making-off ne le dit pas, quelques jours après avoir mis au monde un mort-né, elle se paye une séance de jambes en l'air digne d'un téléfilm du dimanche soir avec le bel (et rachitique) inspecteur en charge de son affaire.

 

Eh ben on a beau être en 2012, Docteur Love, il voit rouge, il demande le divorce, et laisse la pauvresse à son état initial. Et quoi? Vous croyez qu'elle retourne avec l'autre ( ah oui parce que Christina, elle a des principes, elle ne couche que quand elle est amoureuse n'est-ce pas)? Hein heinnnnn...NON! PArcequ'il se tue, en sortant de chez elle.

 

Zut alors, c'est fini. 

 

 

Vous avez mis quoi? 5 minutes à lire tout ça? C'était long? Imaginez donc votre calvaire, si pour disposer de toutes ces indispensables connaissances vous aviez dû vous enfiler les 20h d'épisodes! Alors on râle pas et on dit merci!Non mais!

 

 

 



04/12/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres